CRAVATE STORIES: La Cravate Club

Vous connaissez la cravate Club (à rayures en diagonale) qui devient particulièrement à la mode dans les années 1920?

Avant toute chose, c’est un type de cravate Britannique qui montre l’appartenance à un régiment d’armée, à une université ou à un club (rugby, aviron, cricket…), d’où son nom. Chaque composition de rayures est unique, comme le tartan des Clans écossais, et l’on peut donc distinguer à distance qui est un alumni d’Oxford de qui travaille pour la RATP (autre type de club?)…

Allons-y alors pour le détail un peu pointu!
Eh bien sachez que des cravates dont les rayures partent de l’épaule gauche vers le flanc droit sont britanniques (et européennes, par extension) alors que dans l’autre sens, elles sont généralement américaines.

La théorie la plus retenue concernant ce changement de direction des barres de la cravate repose sur une volonté marketing. BROOKS BROTHERS, la plus ancienne marque de vêtement New Yorkaise établie en 1818, se serait approprié la cravate britannique en inversant le sens des rayures pour la rendre ‘made in USA’.
Mais si vous connaissez Brooks! Abraham Lincoln s’habillait chez eux. Sa dernière redingote, souillée par le sang au théâtre Ford de Washington le 14 avril 1865 (date de sa mort, donc), avait été faite sur mesure chez Brooks.

Il peut donc être intéressant de typer vos gentlemen d’après 1920 grâce à ce repère, lors d’un déjeuner d’affaire entre américains et européens, par exemple.

Katherine Jane Bryant, la créatrice de costumes de Mad Men, a probablement pensé à cela pour le personnage de Jared Harris (en cravate à barres marron-gris-noir ci-dessus). En effet, Lane Pryce, ce comptable tout droit venu de Londres et travaillant dans l’agence de publicité de Madison Avenue, ne se distingue pas de ses collaborateurs uniquement par son accent…

POUR LA P’TITE HISTOIRE: BLOOMINGDALE’S
Puisque que nous sommes à New York, je vous emmène chez Bloomingdale’s.

C’est une institution au même titre que notre Bon Marché et Le Printemps. “Bloomie’s” (pour les shopoholics modernes ou collectionneurs de lingeries seventies) vend depuis sa création en 1860 des articles de mode haut de gamme, importés puis inspirés d’Europe, à commencer par la crinoline.
D’abord basée dans le Lower East Side de Manhattan, la grande enseigne s’installe en 1886 à l’angle de la 59e rue et de Lexington avenue. Le bâtiment, de la taille d’un block, prend sa forme actuelle en 1931 en s’offrant une façade Art Deco remarquable parmi toutes celles de l’avenue (architectes Starrett & Van Vleck).

La devise de la maison, Like no other store in the world, pourrait inspirer par son côté unique la production d’un film ou d’une série dans la lignée de Mr Selfridge car il y a de nombreuses anecdotes a retranscrire, comme la visite de la Reine Elizabeth II en 1976, le lancement de Ralph Lauren ou celui de Calvin Klein.
Pour une histoire plus complète sur Bloomingdale’s, suivez ce lien.